Un mariage royal

Le 4 juin 1392, Mathieu, treizième comte de Foix et vicomte de Castelbon épouse Jeanne, fille ainée du roi d’Aragon. Le couple n’a pas de descendance et au décès de Mathieu en 1398 s’achève la deuxième dynastie des vicomtes de Castelbon débutée en 1208 par le mariage d’Ermessende avec Roger-Bernard de Foix.

Le 625e anniversaire de ce mariage était l’occasion d’en rechercher des traces écrites, et de publier sur le blog un article consacré aux successions mouvementées de l’époque.
En effet en 1391, Mathieu, alors vicomte de Castelbon, lève une armée pour réclamer le comté de Foix que Gaston Fébus avait légué au roi de France. Le roi négocie la paix et reconnaît à Mathieu la possession du comté, celui-ci devient ainsi le treizième comte de Foix.
Puis en 1395, quand meurt Jean Ier d’Aragon,  Mathieu lève de nouveau une armée et revendique le royaume au nom de sa femme, Jeanne, fille ainée du roi décédé. Après dix-huit mois de guerre, Mathieu est battu et Martin, nouveau roi d’Aragon, confisque la vicomté de Castelbon.

Seulement voilà, bien que beaucoup de sources actuelles citent cette date du 4 juin 1392, bien peu permettent de remonter à des documents d’époque, et retrouver une trace écrite de ce mariage a été une aventure en soi.

Medieval Lands

La première piste digne d’intérêt nous est fournie par Charles Cawley sur le site Medieval Lands[1] qui date le mariage du 4 juin 1392 et le situe à Barcelone en citant Esquerrier comme source.

Arnaud Esquerrier

Arnaud Esquerrier est l’auteur au XVe siècle des « Chroniques romanes des comtes de Foix »[2] en langue occitane, où il mentionne le mariage de Mathieu et Jeanne en ces termes :

Mossen Mathieu foc marit de Madona Johana, infanta de Arago, filha del rey En Johan.

Esquerrier ne donne pas la date, mais ses éditeurs de 1895 précisent dans une note « C’est en 1393, au retour d’une expédition en Tunisie (…) que Mathieu épousa l’infante Jeanne », et citent comme source P. Anselme, t. III, p. 350.
L’année mentionnée n’est déjà plus la même, le mariage aurait ici eu lieu en 1393 !

Père Anselme

Dans l’ouvrage en question, publié en 1728, le père Anselme écrit[3] que Mathieu « mourut au mois d’août 1398 sans laisser postérité de Jeanne d’Arragon sa femme, fille aînée de Jean I roy d’Arragon. » Il ne précise pas de date mais dans la marge, en regard du paragraphe, cite Bertrand Hélie, Historia fuxensis comitum l.3.

Bertrand Hélie

Ce dernier document, en latin, imprimé à Toulouse en 1540, consacre cinq pages[4] à la vie de Mathieu, mais un seul paragraphe à son mariage et son absence de descendance, paragraphe dans lequel il ne mentionne pas la date du mariage.

Deinde uero Ioàna Aragonia Matthæi coniunx, Quù annus .M.CCC.XCVII. à Christiana salute ageretur, mortua est. Quam duobus annis post Matthæus maritus, postq nouem annos comitatum administrasset, nullis relictis liberis sequutus est.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette première piste nous mène pour l’instant dans une impasse. D’autant plus qu’une autre piste propose une autre date.

Martín de Riquer

Dans un article paru en 1954, Martín de Riquer mentionne la date du 24 mars 1392[5] et précise dans une note, « au sujet de cette date voir F. de Bofarull y Sans, Generació de Juan I de Aragón, dans Memorias de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, VI, 1898, p. 300 ».

Francisco de Bofarull y Sans

Le tome VI des « Memorias de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona » publiés en 1898, contient un article de Francisco de Bofarull consacré à la descendance de Jean Ier d’Aragon, qui cite le mariage de l’infante Jeanne en ces termes[6]:

« Esta infanta en 24 de Marzo de 1392, casó en el real palacio mayor de Barcelona, hallándose presentes todas las personas Reales de la casa de Aragón, con D. Mateo, Conde de Foix, por poderes concedidos á D. Hugo, Conde de Pallars.

L’infante aurait donc épousé le 24 mars 1392, dans le palais royal de Barcelone et en présence de toute la famille royale d’Aragon, Mathieu comte de Foix, absent et représenté par Hugues, comte de Pallars.

Llibre del Consell

Enfin, on a pu accéder un document d’époque : le livre du conseil de la ville de Barcelone qui mentionne[7] bien le mariage entre l’infante et le comte de Foix, mais au mois de juin 1392 et non pas au mois de mars.

Llibre del Consell, 1392
Llibre del Consell, juin 1392 (junii m° ccc° lxxxx° s[e]c[un]do)
Après différents échanges avec Charles Cawley, du site Medieval Lands, on en vient à penser que les négociations en vue du mariage et peut-être la signature du contrat de mariage ont eu lieu le 24 mars, comme l’indique Francisco de Bofarull, Mathieu étant alors représenté par Hugues-Roger II, comte de Pallars, et que la cérémonie elle même en présence des époux a eu lieu le 4 juin.

Gaston Balencie

Dans sa publication en 1887 de la Sommaire description du païs et comté de Bigorre, l’éditeur Gaston Balencie ajoute une note[8] au sujet du mariage de Jeanne,

Fille de Jean Ier, roi d’Aragon et de Valence, comte de Barcelone, et de Marthe d’Armagnac. Voir les contrats de fiançailles et de mariage aux archives des Basses-Pyrénées, E. 315.

L’inventaire de la série E[9] des archives départementales des Pyrénées Atlantiques confirme l’existence de ces documents. Il ne reste plus qu’à aller à Pau les consulter.


[1] Medieval Lands, « Toulouse Nobility », Comtes de Foix, Mathieu de Foix-Castelbon.
[2] Arnaud Esquerrier, « Chroniques romanes des comtes de Foix », p. 63.
[3] P. Anselme, « Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France », 1728, tome III, p. 350.
[4] Bertrand Hélie, « Historiæ fuxensium comitum », 1540, liber III, f° 58.
[5] Martín de Riquer, « Le troubadour Peyre de Rius et Gaston Fébus, comte de Foix », in « Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale », 1954, volume 66, n°27, p. 269-273.
[6] Francisco de Bofarull y Sans, « Generació de Juan I de Aragón », in « Memorias de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona », 1898, tome VI, p. 300.
[7] Arxiu Municipal de Barcelona, « Llibre del Consell », 1390-1392, 1b.i-25, f°79 (page 31, image n°4).
[8] G. Balencie, « Sommaire description du païs et comté de Bigorre », in « Archives historiques de la Gascogne », 1887, fascicule XIV, p. 106.
[9] Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, « Série E – Titres de familles – Notaires et tabellions – Communes et municipalités – Corporation d’Art et Métiers », cote E 315.

Mis à jour le 25/06/2017.

Un commentaire sur “Un mariage royal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *